Jérôme Cohen, président et fondateur d’ENGAGE, nous présente le MOOC dédié à la biodiversité

Engage

Jérôme Cohen, président et fondateur d’ENGAGE, nous présente le MOOC dédié à la biodiversité.

Défis, projets, calls to action… ENGAGE est un acteur du changement qui ne cesse de développer des initiatives en faveur de notre planète en associant citoyens, chercheurs, experts et monde de l’entreprise. Dernier projet conçu, la co-création d’un MOOC dédié à la biodiversité, thématique devenue centrale pour l’organisation pour relever les défis d’aujourd’hui.

Ce MOOC porté par ENGAGE est le fruit d’un travail de co-création entre acteurs qui se consacrent au vivant, c’est pourquoi l’équipe du Festival LearningPlanet s’y intéresse tout particulièrement. Qui as-tu mis autour de la table et comment avez-vous travaillé ensemble ?

Le MOOC est né d’un défi citoyen que nous avons consacré à la biodiversité il y a deux ans. Nous avons commencé à y travailler lors d’ENGAGE Days, un festival de l’imagination où nous rassemblons une centaine de membres de la communauté. Nous avons lancé les premiers ateliers d’intelligence collective et nous avons opté pour une thématique particulière : replacer l’économie au service du vivant

Nous avons ensuite rassemblé de nombreux partenaires d’ENGAGE, réseaux d’entreprises, ONG mais aussi citoyens lors de conférences ou d’ateliers ; le but, mieux comprendre la thématique et progressivement faire naître des projets d’impact. Ces projets sont des trous dans la raquette, des éléments manquants pour permettre de trouver des réponses concrètes à la problématique que nous avions identifiée. Le MOOC était l’un d’eux.

L’ambition du MOOC,  faire progresser la connaissance et faciliter la mise en action des citoyens et des salariés. Là encore, nous avons conçu notre démarche en faisant collaborer ONG, citoyens, experts, entreprises, réseaux, de façon à bien cerner les attentes et y répondre le plus justement possible, mais aussi, bien sûr, agréger les meilleures compétences. 

Plus concrètement enfin, le MOOC fait intervenir des acteurs extrêmement divers : scientifiques de l’Office français de la biodiversité, du Museum National d’Histoire Naturelle, membres d’organisations dédiées au biomimétisme comme le Ceebios, au droit de la nature comme Wild Legal, spécialistes de la transformation des entreprises, acteurs de l’entreprise, etc. Les défis citoyens, comme le MOOC lui-même, sont donc fondamentalement multidisciplinaires et le fruit de l’intelligence collective.

 Tu appliques le concept d’écosystème – ensemble constitué d’espèces en interrelations dans un milieu donné -, à la démarche d’ENGAGE. Comment cette notion vertueuse peut-elle nous aider à dépasser les schémas habituels dans de multiples domaines ?

Oui, c’est en quelque sorte une mise en abîme du principe d’écosystème. Les défis auxquels nous sommes confrontés – et en particulier celui de la régénération de la biodiversité-, nécessitent de revoir fondamentalement notre manière de penser, de fonctionner. Nous avons la nécessité de casser les silos, d’inventer de nouvelles réponses en faisant travailler, cohabiter, réfléchir ensemble des matières et des personnes qui ne se croisent que trop peu.
Cette nécessité est fondamentale lorsque l’on parle du vivant, car sa compréhension est extrêmement complexe. Et sans un dialogue respectueux entre, par exemple, scientifiques et acteurs de l’entreprise, nous ne trouverons aucune réponse à la hauteur des enjeux. Seule une approche écosystémique permettra une compréhension profonde, préalable à une mise en action, je l’espère, salvatrice.

ENGAGE est vouée depuis sa création à la compréhension et à la mise en action des citoyens et des organisations. Il me semble que vous vous orientez plus particulièrement aujourd’hui sur l’enjeu du vivant et de la biodiversité. Pourquoi cette évolution ?

ENGAGE a toujours eu ce principe d’apprentissage, l’action comme fondement. Apprendre, comprendre avant d’agir et agir pour avoir un impact, bien sûr, mais aussi pour ancrer les apprentissages. Nous conservons ce socle qui résonne avec notre approche multidisciplinaire.

Aujourd’hui, nous avons décidé de nous atteler plus particulièrement à l’enjeu du vivant, de sa protection et de sa régénération tout en gardant notre approche multidisciplinaire et en continuant à travailler plus largement sur les défis sociaux et environnementaux. Il y a plusieurs raisons à cela : tout d’abord, ce sujet passionne l’équipe, aussi bien que moi-même. Voir disparaître progressivement la biodiversité nous est tout simplement insupportable. L’éco-anxiété et la solastalgie, détresse causée par la mise en péril de notre planète, notamment du vivant, nous ont certainement gagnés et le seul remède reste l’action.

Nous constatons aussi que la prise de conscience autour de l’enjeu de biodiversité est en retard par rapport à la question du climat notamment, lorsque la crise qu’elle traverse est sans précédent dans l’histoire de la biosphère. Enfin, les entreprises accusent, elles aussi, un retard notoire sur ce sujet, alors qu’elles ont un impact considérable et constituent donc l’une des clés – si ce n’est la clé principale- pour sortir de la crise. Réfléchir au futur de l’entreprise, que nous appelons l’entreprise régénérative, est donc passionnant mais aussi un impératif.  

Photo Jerome Cohen Engage

Jérôme Cohen est Président et fondateur d’ENGAGE dont l’ambition est d’aider les citoyens et les organisations à se saisir des grands défis environnementaux et sociaux du XXIème siècle.
Il est co-fondateur et porte-parole du Grand Défi des entreprises pour la planète, initiative participative visant à accélérer la transition écologique du monde économique et des entreprises.
Jérôme est administrateur et membre du bureau de la Fresque du climat.